La proximité des entreprises, un atout pour les débouchés

Rédigé par mjaffray
Ecole - 10 décembre 2020

Hélène Rongeot est enseignante en conduite de cultures et génétique, et directrice des programmes Licence-Master, à l’École supérieure d’agricultures d’Angers. Au quotidien, elle se tient à disposition des étudiants pour accompagner, soutenir, appuyer leur projet professionnel, très tôt dans leur parcours.

100 % d’insertion chez les ingénieurs

« C’est un gage de bonne insertion », assure-t-elle. Aujourd’hui, l’établissement peut se vanter d’avoir quelque 1 500 entreprises partenaires, en France et dans le monde. « Cela va de l’agriculteur à des compagnies multinationales telles des groupes semenciers, agroalimentaires… », précise Christophe Naudin, enseignant-chercheur en agronomie et directeur du programme ingénieur, qui a diplômé 167 étudiants en 2017, parmi lesquels 27 % d’alternants. « On reçoit beaucoup d’offres d’alternance. En ce moment, la demande est forte sur des postes de conseiller en production végétale ou animale. Les recruteurs cherchent des jeunes pour rejoindre le terrain », reprend Hélène Rongeot.

À l’ESA, la plupart des formations sont déclinées par voie d’alternance. L’établissement est même devenu un exemple de la gestion de la formation par apprentissage, puisqu’il participe au développement du modèle dans les lycées du Conseil national de l’enseignement agricole privé des Pays de la Loire, s’illustrant comme un véritable relais territorial. Une position de leader, car ici, les chiffres sont bons : avant la fin de leurs études, 47 % des étudiants diplômés en 2017 avaient déjà trouvé un emploi, alternants en tête. Au total, 85 % des élèves ont trouvé leur premier job dans les trois mois (parmi lesquels 60 % de CDI), et 100 % dans les six mois après la remise de diplôme. « Les recruteurs apprécient la faculté d’adaptation, l’ouverture au monde, l’approche systémique, la forte implication terrain de nos élèves », commente Christophe Naudin. Les statistiques des autres cursus sont tout aussi encourageantes : parmi les diplômés de licences professionnelles en 2017, 81 % occupaient un emploi trois mois après leur sortie d’école.

Article extrait de Ouest-France, édition spéciale 120 ans ESA
Crédit photo: ESA| Texte : Émilie WEYNANTS


Aller plus loin

mjaffray
Commenter cet article