L’association colza-féverole

Rédigé par ESA
Recherche - 9 juin 2017

Lorsqu’on réduit les apports de fertilisants, le rendement des cultures de céréale peut être amélioré si on associe cette céréale à une légumineuse ; c’est le constat qui a entrainé une série de travaux sur ces associations. A l’ESA, les chercheurs du LEVA travaillent sur ces questions depuis plus de quinze ans et ils ont été parmi les premiers à explorer le couple colza-féverole.

Pour rappel, une légumineuse est une plante de la famille des Fabacées, dont la caractéristique la plus visuelle est la présence de gousses comprenant des graines riches en protéines. Pourtant elles ont un autre intérêt, puisqu’elles ont la particularité de pouvoir capter l’azote, essentiel à leur développement, directement dans l’atmosphère, grâce à une association symbiotique avec une bactérie qu’on appelle rhizobium. Leur présence entraine ainsi un enrichissement du sol en azote, rendant l’usage d’engrais quasi-inutile !

Si le colza n’est pas à présenter, la féverole est en revanche moins connue. Aussi appelée « fève », cette plante est en effet peu cultivée en France, bien qu’elle ait une importance historique par son utilisation dans l’alimentation des bêtes de traits avant l’arrivée des tracteurs. Outre sa capacité à enrichir le sol citée plus haut, elle présente un second avantage : elle « étouffe » les mauvaises herbes en utilisant les ressources du sol à leur place. Son association avec le colza est de fait doublement bénéfique, remplaçant à la fois engrais et herbicides.

Pour conclure, il faut préciser que les avantages des légumineuses sont plus larges que ceux présentés dans ce cas de figure, et leur utilisation est une avancée prometteuse plus vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Pour citer l’ouvrage de référence[1], auquel les chercheurs du LEVA ont contribué, « c’est un petit pois pour l’homme, un grand pas vers l’humanité ! »

[1] Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables, Anne Schneider et Christian Huyghe, éditions Quae.

ESA
Commenter cet article